| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

  • Dokkio Sidebar (from the makers of PBworks) is a Chrome extension that eliminates the need for endless browser tabs. You can search all your online stuff without any extra effort. And Sidebar was #1 on Product Hunt! Check out what people are saying by clicking here.

View
 

Recommandations pour la qualification aux fonctions de professeur

Page history last edited by myriam.baron@u-pec.fr 1 year, 7 months ago

 

Extrait du site officiel de la 23e section CNU : Géographie physique, humaine, économique et régionale

 

 

Rappel : la procédure de qualification est entièrement dématérialisée ! 

Toutes les pièces complémentaires devront être déposées dans l'application GALAXIE. En cas de problèmes techniques pour l'envoi numérique d’HDR, l'envoi postal en version imprimée ou clé USB est possible, le reste du dossier devant être obligatoirement dématérialisé. 

 

 

La présentation du dossier

 

Les candidats doivent apporter un soin tout particulier à la constitution de leur dossier. Chaque année, des dossiers sont déclarés irrecevables parce qu'il manque une pièce ou une page... Le dossier doit être propre, lisible et clair.

Les rapporteurs n'ont pas à aller chercher des pièces complémentaires sur internet. Ils se limitent donc à ce que contient le dossier.

Pendant et à l'issue de la phase de qualification, une fois les résultats de celle-ci connus, le/la candidat.e n'a pas à entrer en contact avec ses rapporteurs. Toute demande de ses rapports de qualification doit être adressée uniquement au président de la section qui répond au nom de celle-ci.

 

 

Pièces obligatoires

 

En l'absence de l'une de ces pièces (où s'il manque une page à l'une de celle-ci), le dossier sera déclaré par le ministère irrecevable.

Justificatif du diplôme d'HDR ou une attestation provisoire de diplôme d'HDR en cas de soutenance récente

Rapport de soutenance paginé et signé de préférence par tous les membres du jury et au minimum par le président du jury et comportant la liste des membres du jury

-  Un exemplaire des travaux, ouvrages, articles, séquences pédagogiques dans la limite de cinq documents maximum. La 23e section appréciera que ce choix soit justifié par le candidat. Le volume Position et projet scientifique de l'HDR ne fait pas partie de ces documents.

- Un curriculum vitae présentant les activités en matière d'enseignement, de recherche, d'administration et d'autres responsabilités collectives. Ce document mentionnera impérativement (exigence de la 23e section) le cursus, le parcours professionnel, le volume annuel d'heures d'enseignement et la liste exhaustive des publications. Ce document n'est pas limité en nombre de pages mais il ne devrait pas excéder une quinzaine de pages.

Le CV doit retracer l'ensemble du cursus du candidat, notamment la formation en Licence (ou équivalent) ou Master (ou équivalent). Il indique quels sont les différents postes professionnels occupés (métier dans l'aménagement, enseignant dans le secondaire, etc.) avec :

une partie expliquant les activités d'enseignement (type de cours (CM, TD, terrain) avec les volumes horaires précis, les années universitaires durant lesquelles ils ont été faits, et un descriptif des cours. Le détail de la conduite et du contenu d'une séquence d'enseignement sera très appréciée.

une partie présentant les principaux travaux de recherche, en accordant un soin particulier à leur classement et en distinguant les travaux oraux et les productions écrites :

  • pour les premiers, participation à des colloques (le statut international ou national doit être précisé), participation ou organisation de séminaires de recherche, conférences invitées dans le cadre d'activités de recherche, conférences grand public. Pour la section 23, un colloque international est un colloque dans lequel au moins la moitié des participants ou au moins la moitié du comité scientifique est d'une nationalité autre que celle du pays dans lequel se déroule le colloque... Il appartient aux candidats de fournir en annexe les justificatifs.
  • pour les deuxièmes, la section 23 ne prend en compte que les publications à comité de lecture : il s'agit des revues internationales ou de type HCERES référencées (Scopus, ISI, etc.), mais aussi des actes de colloque ou des ouvrages collectifs pour lesquels l'éditeur, ou les coordonnateurs d'ouvrage, disposent d'un comité de lecture. Cette précision doit être apportée pour chaque publication. De même, certains ouvrages individuels ont fait l'objet d'une évaluation par un directeur de collection ou autres, il importe de le préciser. En cas de texte accepté mais non publié à la date de dépôt du dossier, il est demandé un justificatif officiel de la part des éditeurs de la revue ou de l'ouvrage de l'acceptation du texte à publier. Les textes « soumis » ou « proposés » ne sont pas pris en compte par la section.

 

une partie détaillant les responsabilités et implications collectives en termes de recherche, d'enseignement ou d'administration.

Tous les documents produits dans une autre langue que le français et l'anglais devront être accompagnés d'une traduction certifiée.

 

 

Pièce complémentaire demandée par la section 23

 

En l'absence de cette pièce, le/la candidat.e ne sera donc pas qualifié.e.

Le volume Position et projet scientifique de l'HDR est exigé par la section 23. Sans refaire le jury de l'HDR, la section s'assure de l'adéquation entre l'HDR et le contenu du rapport du jury. La composition du jury est aussi particulièrement regardée (cf. infra).

 

Autres pièces du dossier

Les pré-rapports de soutenance peuvent être joints au dossier et sont particulièrement appréciables pour l'évaluation de la qualité de l'HDR.

 

 

L'évaluation des dossiers dans leur globalité en fonction des types de candidatures

 

1/ Pour une première demande de qualification

Quatre critères principaux sont observés par la section pour évaluer le dossier :

  • la qualité de l'HDR, attestée par la teneur et la richesse du rapport de soutenance, la qualité des membres du jury (dont il est souhaitable qu'au moins un membre soit étranger) et par le contenu du manuscrit lui-même,
  • la qualité des publications (cf. point précédent) avec au moins une dizaine d'articles dans des revues différenciées référencées ou/et de chapitres d'ouvrages à véritable comité de lecture. Au moins une de ces publications devra être clairement de niveau international ;
  • les activités d'enseignement dans le supérieur, à travers les contenus et les niveaux des enseignements, ainsi que leurs places dans les formations. La section 23 du CNU demande que le/la candidat.e ait enseigné la géographie à des géographes pour un équivalent de plusieurs centaines d'heures.
  • les responsabilités collectives, prises en charge par le/la candidat.e, en termes de recherche, d'enseignement ou d'administration.

 

La section étudie donc un dossier dans son ensemble, et un parcours individuel inséré dans un contexte. La qualification aux fonctions de PR n'est donc pas un simple bilan comptable mais les candidat.e.s ne doivent pas non plus s'attendre à ce que la faiblesse du dossier scientifique puisse être "compensée" par les autres points.

 

2/ Pour une nouvelle demande de qualification après un refus antérieur

La section 23 du CNU applique les mêmes critères que dans le cas « 1 » mais en tenant compte des conseils donnés lors de la précédente demande dans les rapports de non-qualification :

  • la section observe l'évolution du dossier depuis le refus de qualification (par exemple, en termes de publications nouvelles, de connexions plus proches avec la discipline, d'insertion dans des dynamiques de recherche).
  • Il est donc recommandé aux candidat.e.s dans ce cas de mettre en évidence et d'expliciter comment leur dossier a évolué pour satisfaire aux recommandations de la section.

 

N.B. : A chaque refus de qualification, le/la candidat.e peut demander à lire ses rapports de non-qualification, auprès de la Présidente de la section 23 du CNU. Ceux-ci explicitent en effet les raisons de non-qualification, et donnent des recommandations pour une prochaine candidature. Après un refus de qualification, le dossier est attribué à deux rapporteur.e.s différent.e.s de la précédente demande. Après deux refus de qualification par une section, il existe une commission de recours pluridisciplinaire dans laquelle siègent tous les membres des bureaux des sections 16 à 24 : les candidats peuvent alors saisir cette commission.

 

3/ Pour une demande de requalification après 4 ans

Il est recommandé aux candidat.e.s de préciser s'ils/si elles sont dans ce cas de figure, ce qui trop rarement signalé de façon explicite dans les dossiers. Le/la candidat.e devra également mentionner les postes de professeur.e sur lesquels il/elle a été candidat.e pendant les quatre années précédentes et son éventuel classement.

Dans ce cas de figure, considérant que l'HDR a déjà été évaluée positivement lors d'une session précédente de la section 23 du CNU, les rapporteur.e.s ne réexaminent pas l'HDR : son envoi est donc inutile dans le cas d'une demande de requalification.

L'évaluation se concentrera sur l'évolution depuis la précédente qualification : publications, direction et participation à des programmes de recherche, directions de thèses, responsabilités collectives, etc.

 

4/ Pour des candidatures « périphériques » à la discipline

Elles sont assez nombreuses et variées (aménageurs, sociologues, économistes, architectes, géologues, autres spécialistes de géosciences, biologistes, historiens, etc.). La section 23 du CNU ne s'interdit en rien de qualifier ce type de profil, si le lien avec la discipline géographique est clairement établi.

 

La section 23 examinera donc les critères suivants : 

  •  la présence de géographes dans le jury d'HDR, dont au moins un comme rapporteur,
  • le lien avec des équipes de recherche en géographie (programmes de recherche, publications, enseignement…),
  •  la présence de références bibliographiques de géographie réellement mobilisées (et non simplement citées en bibliographie) dans les travaux du candidat,
  •  des publications dans des ouvrages ou revues de géographie,
  • des enseignements de géographie devant un public de géographes,
  • un courrier expliquant les raisons de la demande de qualification en section 23 est vivement recommandé. L'absence de cette lettre explicitant la démarche pénalise lourdement le/la candidat.e.
  • des signes tangibles de rapprochement avec des géographes, la seule appartenance à un programme de recherche commun ne pouvant suffire.

 

La dynamique du parcours (tendance au rapprochement ou à l'éloignement vis-à-vis de la discipline) sera particulièrement étudiée, tout comme la capacité estimée à enseigner en géographie. La section 23 attire l'attention des candidat.e.s sur le fait d'avoir à justifier plus particulièrement leur demande, à la fois par une lettre expliquant les raisons de leur demande de qualification en section 23 (cf. supra) et par le choix de publications illustrant l'aspect géographique de leur travail dans l'envoi des 5 documents.

 

N.B : un.e candidat.e non qualifié.e en section 23, mais qualifié.e dans une autre section, peut cependant être recruté.e par un département de géographie.

 

 

L'évaluation de l'HDR

 

L'examen de la qualité de l'HDR et des travaux de recherche constitue le travail le plus long des rapporteurs. D'une façon générale, la section 23 est attentive aux critères fondamentaux d'évaluation d'une HDR.

La qualité du jury de l'HDR est un premier critère important. Il est évident que le jury doit être conforme aux recommandations ministérielles et doit être composé de spécialistes reconnus de la thématique étudiée. La section 23 du CNU a eu parfois à déplorer des jurys ne comportant pas de spécialistes réels des questions étudiées, ou des jurys trop locaux ou « étroits » d'un point de vue thématique, ne proposant pas de réelles expertises contradictoires extérieures. Le rapport d'HDR doit être complet (pas de pages manquantes ou « oubliées ») et signé de préférence par tous les membres du jury et au minimum par le président du jury.

 

Recommandations de la 23e section du CNU pour l'HDR en géographie

 

La section 23 du CNU recommande la formule d'un dossier en deux volumes pour l'HDR :

  1. Un volume de « position et projet scientifique » 

Il doit être considéré comme un positionnement et un projet de recherche et/ou une réflexion distanciée sur la pratique. En d'autres termes, il s'agit d'une mise en perspective de travaux de recherche et d'une production scientifique pour montrer l'apport à une ou des disciplines dans un contexte national et international. Dans un volume compris entre  80 à 150 pages, il pourra aborder les points suivants :

  • objets de recherche (contextualisation sociétale) ;
  • problématisation et inflexions ;
  • méthodologies, innovations ;
  • résultats majeurs et apports à la géographie et aux autres disciplines
  • perspectives.

 

Pour les candidat.e.s à l'habilitation dont le nombre et la qualité des publications particulièrement importants témoignent déjà d'une reconnaissance nationale ou internationale dans un domaine scientifique identifié, le volume Position et projet scientifique peut être mis en perspective dans un format relativement bref, sous la forme d'une synthèse de haut niveau scientifique, mais sans reprise factuelle de travaux antérieurs ou inédits. Il faut dans tous les cas impérativement éviter de rédiger une « thèse bis » ou une « thèse d’État ».

Pour les candidat.e.s qui souhaitent au contraire présenter une nouvelle orientation de recherche, notamment parce que l'HDR est l'occasion d'une bifurcation, ou parce que trouver un lien scientifique cohérent dans la carrière apparaîtrait trop factice, ce volume Position et projet scientifique peut être plus développé et correspondre davantage à la formule antérieure du volume « inédit » ou « original ».

Pour des candidat.e.s qui souhaitent avant tout valoriser une pratique pédagogique ou professionnelle dans un champ scientifique, ce premier volume ne doit pas être assimilé à la production  d'un « manuel » ou d'un « rapport », mais doit être une proposition réflexive (théorisation des pratiques dans un contexte scientifique et sociétal), alimentée par la production contenue dans l'annexe - Production scientifique et académique. Dans ce cas, l'exposé du parcours peut se limiter à une présentation purement factuelle du CV.

 

  1. Un volume présentant le parcours (curriculum vitae détaillé) et la production scientifique et académique (recueils de publications et travaux)  

- CV détaillé 

Le CV détaillé, en dehors des informations factuelles qu'il apporte, doit être avant tout considéré comme une contextualisation de l'itinéraire personnel, permettant notamment d'éclairer les choix opérés pour l'HDR.   Le CV ne doit pas obligatoirement prendre la forme d'une "égo-géographie"  mais peut se résumer à l'exercice plus formel d'un CV étendu, notamment si le volume Position et projet scientifique précise les évolutions, les bifurcations, les choix opérés. Il mentionne  les activités d'organisation de la recherche,  les activités d'enseignement, les responsabilités administratives et fonctions électives, les opérations de valorisation de la recherche, l'implication dans les formations professionnelles et/ou continues, les relations et collaborations internationales, etc.

Afin de préciser les éléments possibles à mentionner dans le CV, le/la candidat.e peut se reporter à la liste suivante. Précision importante : il ne s'agit en aucun cas d'une somme de tâches toutes exigées par la section en vue d'une qualification, mais d'une liste exhaustive permettant au/à la candidat.e de n'omettre aucun de ses investissements.

  • Les activités d'organisation de la recherche : encadrement d'étudiants et directions (nombre, sujets d'études, état d'avancement), organisation de colloques, responsabilité de contrats ou de programmes de recherche.
  • Les activités d'enseignement : en précisant de façon claire et détaillée, pour les trois dernières années au moins, les modules d'intervention, le volume horaire de cours et de TD, les cycles, le nombre d'étudiants, le contenu du cours.
  • Les responsabilités administratives et fonctions électives, en mentionnant le nombre de jours/an consacrés aux diverses responsabilités.
  • Les opérations de valorisation de la recherche, comprenant en priorité les colloques mais aussi les activités de vulgarisation (presse, radio, télévision).
  • L'implication dans les formations professionnelles et/ou continues, notamment les Licence et Master professionnels : coordination pédagogique, suivi de stages, aide à la recherche d'emploi, liens avec les milieux professionnels, conventions et partenariats.
  • Les relations avec la société civile au sens large (milieux économiques, sociaux, culturels, associatifs, politico-administratifs, etc.) : expertises, contrats, prestations de service, fonctions de représentation de l'Université dans des organismes extérieurs.
  • Les relations et collaborations internationales : en indiquant avec quels organismes, quels chercheurs, dans quel champ de recherche, suivant quels modes de coopération et d'échanges d'informations. En précisant l'état de la collaboration : en projet, en cours, terminée.
  • Les actions de valorisation de la géographie et de recrutement : forums dans les lycées, salons de l'étudiant, conférences grand public, café Géo, etc.

 

- Production scientifique et académique

Organisée de façon cohérente, cette partie du volume 2 donne un cadre à la production scientifique et académique. Cette production peut prendre différentes formes :

- les publications restent un élément incontournable, même si la section 23 du CNU ne souhaite pas tomber dans une stricte « bibliométrie ». Le contenu des publications est prioritairement pris en compte. Sans entrer dans les détails, outre des articles « pointus », apparaissent importantes quelques publications « de fond » qui permettent de positionner l'auteur.e dans le champ de la discipline.  Néanmoins, pour envisager une qualification en section 23, il est décisif d'avoir produit au moins une dizaine de publications : articles dans des revues nationales et/ou internationales de géographie référencées par l'HCERES (ou par des bases reconnues, telles que ISI, Scopus…), ouvrages individuels dans des collections à comité éditorial, chapitres dans des ouvrages collectifs à comité de lecture. Au moins une de ces publications devra être clairement de niveau international.

- En outre, le dossier peut être valorisé par des publications dans des revues d'autres disciplines, ou dans des supports de production et valorisation autres que des revues scientifiques référencées (site internet, atlas, films, logiciels, brevets, etc.). Mais de telles productions, seules, ne sont pas suffisantes.

- De la même façon, la participation régulière à des colloques nationaux et internationaux avec communication ou poster est une indication de l'engagement régulier dans la recherche.

- La section 23 du CNU considère que d'autres productions peuvent figurer, par exemple des programmes collectifs pilotés, des rapports d'expertise, des productions d'ingénierie pédagogique, etc. La publication d'articles scientifiques dans des revues référencées reste bien entendu indispensable, mais le volume de ces articles peut être pondéré par ces autres productions qui témoignent d'un investissement différent. Il s'agira toutefois pour le/la candidat.e d'effectuer une sélection représentative illustrant une pratique, et non une accumulation de productions intellectuelles de statuts divers. Leur apport disciplinaire pour la recherche ou la pédagogie sera exposé et discuté, notamment dans le volume Position et projet scientifique.

 

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.